Article

« No Land's song » de Ayat Najafi: Un projet musical à Téhéran

Le cinéma iranien, invité d'honneur du  festival d'Annaba du film Méditerranéen,  a encore fait sensation lundi soir, à la cinémathèque  à travers le documentair « No land's song » d'Ayat Najafi. Instructif et émouvant, le film  aborde l'interdiction pour les femmes iraniennes, depuis la révolution islamique de 1979, de chanter en public.

« No land's song » met en scène une jeune compositrice, Sara Najafi, sœur du réalisateur, qui décide avec l'aide de trois artistes venus de France (Elise Caron, Jeanne Cherhal et Emel Mathlouthi), de braver la censure pour organiser un concert de chanteuses solo à Téhéran. Une série de refus est renvoyée à la compositrice de la part du ministère de la culture, la guidance islamique et les renseignements.

L’éventuelle tenue du concert est soumise à des conditions draconiennes : l'interdiction de filmer ou d'enregistrer le spectacle et organisatio  du show dans un tout petit atelier où  l’accès du public sera contrôlé par les autorités. Le groupe d'artiste refuse catégoriquement la proposition par respect à l'art musical musique et réfléchit à abandonner le projet. Mais, les artistes résistent et s'accrochent à leur projet musical.

Les autorités acceptent finalement l'organisation du concert. Les spectateurs ont été gratifiés d'un chant lyrique doux et mélodieux d'anciens poèmes persans. Une légère brise de liberté.