Article

Ahmed Bedjaoui: « Traduire au cinéma notre appartenance méditerranéenne »

Modérateur du débat qui a suivi  la projection de « Bill », qu'en pensez vous du film britannique de Richard Bracewell ?

Nous avons assisté à une leçon cinématographique. Shakespeare est un personnage sérieux qui appartient à l'histoire de l'humanité. Shakspeare, c'est nous tous. Qui ne connait pas «To be or not to be» ?,  la question la plus connue au  monde. Le réalisateur a eu le génie de prendre le personnage pour faire une comédie tout en évoquant son époque, le contexte politique,  la guerre  entre les catholiques et les protestants... On n'a pas besoin de faire un film ennuyeux, intellectuel et serré. Ce film montre comment un sujet sérieux peut devenir un sujet populaire,une comédie  grand public.

Peut-on dire que l'humour y était pour beaucoup quant à la compréhension du film ?

« Bill » est un film que se comprend par tout le monde. Il y a des gens qui ne connaissent pas l'anglais mais qui ont réussi à comprendre la totalité du film. L'humour est une arme très forte pour raconter une histoire, c'est un propulseur pour donner un souffle au film.

L'art algérien avoue son appartenance au Maghreb, à l'Afrique et au monde arabe. Ce festival doit-il reconcillier l'Algérie à la méditerranée ?

Notre culture est méditerranéenne. nous avons des populations comme les phéniciens qui sont venus de l'Orient. Nous avons franchi la méditerranée, avons été en Espagne,  dans les îles de la mer du milieu,  donc nous avons laissé des populations et des traditions. Les Baléares, les Corses et les Siciliens sont aussi d'origine maghrébine. En Méditerranée,  nous avons des cultures et des croyances communes qu'on peut traduire au cinéma.