Article

L’équipe du film “Maintenant ils peuvent venir”

Salem Brahimi, réalisateur :

J'ai essayé de survoler le contexte politique et historique de l'Algérie pendant la décennie noire. Ce film est un hommage aux 200.000 victimes civiles de cette terrible période. J'ai essayé tant que possible de mettre des bribes d'espoir à travers l'histoire de Nourredine et Yasmina qui est aussi l'histoire de tous les algériens résistant contre la horde intégriste aveugle. J’espère que j'ai été à la hauteur du courage des algériens et ne pas avoir trahi leur mémoire.

Amazigh Kateb, chanteur et comédien:

Habitué aux spectacles et à la chaleur du public, j'ai trouvé que le cinéma est un art rigoureux qui demande beaucoup d'application. Etre sous la direction d'un réalisateur est une nouvelle expérience surtout qu'habituellement je suis le directeur de moi même. Le détail du détail fait la force du cinéma. J’espère renouveler avec d'autres expériences à l'avenir. Actuellement, je travaille sur un documentaire sur ma carrière musicale.

Michéle Ray-Gavras, productrice :

Je suis la productrice française la plus algérienne. J'ai aimé le roman " Maintenant ils peuvent venir " de  Arezki Mellal que j'ai lu d'un trait.  J'ai soumis l'idée à Salem Brahimi qui a tout de suite donné son accord favorable à la réalisation du film. Le scénario du film « Maintenant ils peuvent venir » a été co-écrit avec Arezki Mellal.