Pour une mer silencieuse…

Pour une mer silencieuse…

Nous voici réunis pour la troisième fois autour de cette «machine à fabriquer de la civilisation », comme qualifiait le philosophe, cette mer Méditerranée, qui a produit à quelques kilomètres d’ici, aussi bien le premier romancier de l’Histoire, Apulée, que les pionniers de l’image, les frères Lumière, sur l’autre rive …

Cette année encore c’est la fête du cinéma, une tradition annabie, qui renait grâce à ces films en provenance de toutes les rives de notre mer. Grâce aussi à ce public qui vient chaque fois avec plus de curiosité et d’esprit de découverte.

Cette ouverture sur le monde, que les Annabis d’une manière particulière et les Algériens de manière générale, manifestent à chaque fois que la culture, sous forme d’images, leur est proposée, afin que le slogan «Paix en Méditerranée» de cette troisième édition de notre rendez-vous cinématographique, à Annaba, soit plus qu’un rêve. Une idée entêtée… Qu’un jour les migrants n’existeront plus, car le droit à une vie digne, chez soi et parmi les siens, aura le temps de naître et de grandir, loin de la répression, des agressions et de la violence.

Ce jour-là les films auront d’autres couleurs aussi… En attendant, nous vous proposons celles qui vous aideront, peut-être, à mieux comprendre, mieux entendre ce qui se passe autour de nous.

Également, nous montrons au Festival d’Annaba du Film Méditerranéen, des œuvres, avec l’incroyable souhait, de réduire la portée de ces profonds malentendus porteurs de colère.

C’est notre but, en tout cas, de partager ce qui va nous réunir l’espace d'un film, d’un débat, cette ambition de vivre ensemble avec des rêves pleins les yeux, et dans le silence retrouvé, comme le cinéma peut bien en faire naître.

Saïd OULD-KHELIFA, Commissaire du FAFM