Ahmed Rachedi

Pour Ahmed Rachedi, la guerre d'indépendance est une école : il appartient, avec René Vautier et Mohamed Chanderli, à la première unité cinématographique du FLN. Il adapte ensuite Thala, roman de Mouloud Mammeri (L'Opium et le Bâton, 1969), il réalise en France, sur un scénario de Rachid Boudjedra, un témoignage des travailleurs émigrés : Le Doigt dans l'engrenage. Il dirige l'ONCIC de 1967 à la fin de 1972. Il tourne en 1986 une comédie politique, Le Moulin de Monsieur Fabre. Considéré comme l’un des plus connus cinéastes algériens, Ahmed Rachedi a réalisé en 2009 Mostefa Ben Boulaïd, puis en 2015, Colonel Lotf

Les sept remparts de la citadelle

1954, le drame se noue, l’horizon de lumière » se remplit de rides crépuscules. Lucien le féodal, maitre tout puissant de la « maison séculaire « édifie les digues, multiplie les efforts, se ruine, fracasse le bonheur de ses enfants dans une pathétique et vaine tentative pour renverser le cours du destin. Logique avec lui-même jusqu’au bout, il n’hésitera pas à monter à l’assaut de « l’ennemi », même si au bout du chemin il doit rencontrer la souffrance et peut-être la mort.

S'abonner à Ahmed Rachedi